November 11, 2016 - Comments Off

DUBLIN… premiers pas…

Si 2016 a été personnellement une année pleine d’activités cinématographiques et créatives avec la sortie de Nettoyeurs de Guerre, la réalisation et l’inauguration du Tramoscope ou encore la création de la structure de production Les Regardiens, 2016 aura surtout été une année pleine de mauvaises nouvelles pour le monde, où il nous a semblé plus perdre que gagner à grandir… On a soudain pris conscience que l’humanité est faite de périodes fastes et paisibles et de périodes déstabilisantes qui provoquent la peur et le repli sur soi, libèrent des démons que l’on pensait enfermés dans les livres d’histoire…  Nous ne savions pas que nous étions en haut de la vague… Il va maintenant falloir apprendre à surfer pour ne pas se laisser noyer dans la descente, mais au contraire en tirer le maximum d’énergie constructive!

Jolie théorie… Mais en pratique? En pratique, avant de boire la tasse, j’ai eu envie de partir rencontrer ceux qui échouent depuis quelques temps par milliers sur nos côtes, non par choix, mais par survie… J’ai eu envie d’entendre de leur propres voix leurs récits, leurs projets, leurs colères aussi. Non juste pour témoigner de leur situation, mais pour bien réaliser ce qui est entrain de leur/nous tomber dessus… et pour tenter ensemble de contrecarrer à notre échelle les raccourcis faciles et les amalgames bienpensants à ce sujet…  J’avais envie de faire un projet avec eux, de leur donner une raison de rencontrer les Suisses du coin (et pourquoi pas d’autres gens ailleurs), avec un autre regard que celui de «migrant ».

Mot ô combien terrible par ce qu’il sous-entend. En étant migrant, on est seul responsable de son départ, de la réussite de son exil choisi. On est comme un étudiant qui part faire ses études à l’étranger, ou un travailleur qui émigre parce qu’il a une opportunité professionnelle dans un autre pays. Ce mot inclut la notion de choix  et d’opportunité, et exclu toute notion de fuite. Ce qui est à l’opposé de la plupart des situations vécues par les milliers de réfugiés qui arrivent actuellement à nos frontières et qui fuient guerres, obscurantismes, dictatures.

Mais comme il est plus facile intellectuellement de refouler des gens qui tentent leur chance plutôt que des gens qui fuient un danger… on parle de migrants…

En parallèle de ces réflexions, le concours de films du courgemétrage qui a lieu annuellement dans le canton de Neuchâtel et dont le principe est de donner aux équipes inscrites le même lieu de tournage, proposait cette année le décor du home bâlois. Une vieille maison belle époque de camp d’été. Une maison vide, dans laquelle je me suis demandé pourquoi il n’y avait pas de réfugiés…  (bon, suite à deux jours de tournage, on comprend que le bâtiment est bien trop vétuste pour accueillir plusieurs personnes dans des conditions viables). Mais l’idée a fait son chemin et j’ai décidé d’en profiter pour réaliser mon projet dans ce cadre.

La projection du film lors de la soirée du festival serait l’occasion d’intégrer les réfugiés dans un projet typiquement neuchâtelois et de parler aux jeunes de la région de la situation des « migrants » qu’ils croisent quotidiennement à la gare. Une belle opportunité également de faire se rencontrer tout ce petit monde grâce au Cinéma…

En novembre 2016, j’ai donc inscrit Les Regardiens au courgemétrage et j’ai contacté le service des migrations…

Published by: Orane Burri in DUBLIN, fiction

Comments are closed.