Blog Archives

February 17, 2016 - No Comments!

Nettoyeurs de Guerre au (mythique) Cinématographe de Tramelan

 photo-9 NG_Tramelan_1

 

Tramelan. Un village dans les contreforts jurassiens, niché entre les sapins et les champs de neige, bien au frais au-dessus du brouillard qui baigne les vallées. Un village en ligne droite ou presque, flanqué de bâtiments ouvriers début 20ème qui sentent encore les heures d’or de l’horlogerie. Au café du coin, en attendant la projection, on est intrigué par 6 horloges au-dessus du comptoir qui indiquent les différents fuseaux horaires: les Reusilles, Tramelan, La Heute… Lieux-dits à moins de quelques kilomètres les uns des autres! Deux minutes aléatoires de plus ou de moins sur chaque horloge nous rappellent que sous ses airs austère, Tramelan semble avoir elle aussi hérité de la folie douce des montagnes jurassiennes…

On est mardi soir. La bise a glacé routes et trottoirs, devenus patinoires. Il n’y a personne dans les rues. Courage! Je sors du sympathique café et, pour la première fois de ma vie, je prends (en mini-glissades) la rue du Cinéma pour me rendre… au cinéma! ( pourquoi chercher midi à 14h?). Mais ce cinéma,  n’est pas un cinéma comme les autres. Il s’agit du Cinématographe, le seul cinéma suisse créé il y a 100 ans et qui n’a jamais changé d’affectation !!! Une salle obscure d’un siècle d’activité! Un siècle d’émotions, de larmes, de rires, de premiers baisers, de découvertes, de peur, de frissons, d’indignation contenus dans ses murs…

Peut-être à cause de toutes ces histoires fantômes qui hantent un peu les sièges rouges et moelleux,  les bénévoles passionnés qui aujourd’hui continuent de projeter des films soirs après soirs dans ce temple du grand écran, en parlent à leur public comme on parle d’amour à une fille dont on est amoureux: magnifiquement bien. Alors, forcément, le public en redemande! Et il se déplace, parfois de loin, quelque soit les conditions météo, pour découvrir des films!

Ce soir-là, plus de 50 personnes ont bravé le froid pour venir découvrir Nettoyeurs de Guerre et discuter avec Frédéric Guerne. Et les mots passionnés de Daniel Chaignat y ont ont certainement été pour beaucoup…

Et comme les passionnés ne s’arrêtent jamais au minimum syndical, c’est avec une générosité et une chaleur humaine incroyable que toute la salle a été invitée à partager un verre à la fin de la projection pour discuter du film ! Un tête à tête avec un public curieux et cinéphile digne des meilleurs cadeaux de Noël! Alors, quand en plus on apprend que la recette de la séance a été offerte à la fondation Digger, on se dit que décidément, la passion et la générosité ont un effet boule de neige incroyable!

Un immense merci à Daniel, au Cinématographe et aux spectateurs de Tramelan d’avoir permis ce bel échange et d’avoir donné à ce film une petite place si précieuse dans l’histoire de cette salle mythique!

 

photo-4 photo-5

 

Published by: Orane Burri in documentaire, Nettoyeurs de Guerre

Comments are closed.